lundi 15 février 2010

Il faut descendre à la rivière

Voici une phrase que je n’aime pas du tout entendre “Il faut descendre à la rivière”. Non Michèle, je ne suis pas un ennemi de la nature. Mais, chez moi, rivière rime avec corvée et quand je dis corvée, c’est vraiment une corvée déplaisante (pour moi en tout cas).

 

il-faut-descendre-a-la-riviere coupure-eau-source-riviere

En effet, mon quartier ne se spécialise pas seulement dans les coupures intempestives d’électricité (comme le reste de Kinshasa d’ailleurs), parfois, c’est aussi l’eau qui manque à l’appel.

Je me rappelle que lorsque nous sommes arrivés dans ce coin que l’on surnomme “Tcharikani"” (ville sans loi), l’eau ne collait que la nuit (très rarement pendant la journée). On était obligé de laisser un robinet ouvert (très souvent celui de la baignoire) afin d’entendre le bruit de l’eau quand elle coulerait. C’est dire qu’on ne dormait que d’une oreille. Ce trésor auquel on attribue le don de la vie ne se pointait qu’entre minuit et 3 heures du matin, pour le jour on ça coulait. Parfois, on passé plus de trois jours sans que le robinet ne puisse faire entendre sa voix vitale.

Quand les réserves tarissent à la maison, la solution la plus simple est d’aller se ressourcer à '”la rivière”.  C’est comme ça qu’on a l’habitude d’appeler le petit cours d’eau qui se trouve à une centaine de mettre de la maison.

erosions-mont-ngafula

Le problème n’est pas tant d’aller se ressourcer à la rivière, mais c’est plutôt par rapport à la configuration géographique dans laquelle on se trouve. Je vis dans un coin montagneux avec beaucoup d’érosions, c’est pour cela que le nom de ma commune est précédé d’un Mont (Mont-Ngafula). Descendre la pente pour atteindre la source n’est pas un problème, cela se fait aisément. Mais, monter avec le plus de 20 litres d’eau (d’habitude  j’en amène 42 litres), c’est essoufflant.

lessive-riviere-rodney-blog

Pour diminuer un tant soit peu la quantité de litres à ramener à la maison, certains en profitent pour faire la lessive ou la vaisselle à la rivière. 

Comme il faut terminer sur note positive, il serait important de souligner que même s’il nous arrive encore de descendre quelques fois à la rivière, depuis quelques mois nous recevons de l’eau presqu’en permanence, et avons donc retrouvé le réconfort qu’il y a à se laisser sous la douche pendant que l’eau coule sur son corps. 

3 commentaires:

Zazouette Dupuy a dit…

Tu parles je t'ai trouvé sur google c'est vachement bien je commence à comprendre pourquoi tu blogues sur les bouts des doigts c'est parfait bravo

Zazouette Dupuy a dit…

ICI EN FRANCE LES GENS NE SAVENT PAS TRIER LE TRIE SELECTIF NORMALEMENT NOUS DEVONS TRIER PAR LA COULEUR DES BACS MAIS ILS COMPRENNENT RIEN
UN POUR LES JOURNAUX
UN POUR LES BOUTEILLES PLASTIQUES
UN POUR LES BOUTEILLES EN VERRE
UN POUR LES CARTONS
UN POUR LES CHIFFONS ET DIRE QUE PERSONNE NE LE FAIT LE RECYCLAGE

Zazouette Dupuy a dit…

Des fois enfin souvent les gens utilisent des termes dont ils ne savent pas la signification ,comme je descend à la rivière moi je dis je vais à la rivière c'est moins pesant

Enregistrer un commentaire